Je vous propose de présenter ici les principales généralités concernant les moteurs électriques utilisés en crawler 2.2. On utilise des moteurs ayant un bon compromis entre couple et vitesse. Il est important d’avoir un moteur qui permette d’avoir un très bon contrôle à très basse vitesse, tout en ayant assez de punch pour se sortir de certaines situations délicates. On retrouve principalement 2 types de moteurs : les moteurs brushed et les moteurs brushless.

Moteur brushed

C’est les moteurs classiques, à charbons, alimentés par deux fils, un + et un -.
On utilise généralement des moteurs brushed de type Mabuchi 540 entre 30 et 50 tours.
La référence Mabuchi 540 correspond à la taille du moteur, ils font 36mm de diamètre et env. 50mm de long.
Le nombres de tours correspond au nombre de fois que le fils de cuivre est entouré autour d’un segment du rotor (le bobinage). Au plus le nombre de tours est important, au plus le moteur gagne en couple, mais perd d’autant en vitesse de rotation et au moins il est consomme.
Attention toute foi, le nombres de tours dépend aussi du type d’armature du rotor. Les moteurs classiques utilisent une armature de rotor à trois segments (il y a trois bobinages de cuivre), mais il existe d’autres types d’armatures, et on retrouve notamment des armatures à cinq segments par rotor. Pour établir une correspondance entre ces moteurs, on considère qu’un moteur 35 tours à 3 segments est équivalent à un moteur 17 tours à 5 segments (on divise par deux le nombres de tours).
J’ai une grande préférence pour ces moteurs, plus simples et très performants dans notre discipline.

Moteur brushless

Les moteurs brushed sont plus complexe, ils n’utilisent pas de charbons, il n’y a donc pas de pièces en contact (pas de pièces d’usure et de frottements). Ils sont alimentés par trois fils, trois phases. C’est des moteurs très performants, mais ils souffrent d’un phénomène de cogning à très basse vitesse (effet de saccade dans la rotation du moteur). Cet effet de cogning peut être diminué par l’utilisation de moteur et contrôleur de type sensored, c’est un câble supplémentaire qui relie le moteur au contrôleur et permet un contrôle plus fin du moteur.
À mes yeux, cela complique grandement l’installation et multiplie les risques de panne, sans apporter de bénéfices particuliers. Toute foi certains pilotes semblent les apprécier.

On trouve beaucoup de moteurs « grand public » de bonne facture, idéal pour commencer, mais le must reste les moteurs bobinés à la main, qui offrent des performances bien supérieures aux moteurs classiques, moyennant bien sur un prix bien supérieurs (presque x10 dans le certains cas).
Il existe deux principaux fabricants de moteurs fait main (handwound motors), tout deux américains :

Ces deux fabricants proposent d’excellents produits et une très vaste gamme de moteurs.