La spécificité des crawlers poussent à considérer non pas  un seul centre de gravité global, mais 3 centres de gravité : un pour le pont avant, un pour le pont arrière et un pour les masses suspendues.

Aller en haut ↑

Jusqu’à présent dans mes explications, j’ai toujours considéré un seul centre de gravité global au crawler. Mais il vous sera nécessaire à un moment de la préparation de votre machine de considérer 3 centres de gravité : un pour le pont avant, un pour le pont arrière et un pour les masses suspendues.

 

Pourquoi 3 centres de gravité sur un crawler ?

La préparation de nos crawlers nous a amené à concentrer tout le poids sur les ponts (particulièrement, le pont avant). Résultat les masses suspendues ne représentent plus qu’un faible pourcentage du poids du crawler contrairement à un véhicule échelle 1.

Sur un 4×4 de 2 tonnes, on peut évaluer le poids du pont avant à +/- 200kg et pareil pour le pont arrière. Cela donne 10 % du poids sur le pont avant et 10 % sur le pont arrière. Si le train avant ou arrière est triangulé, ce pourcentage en encore bien moindre. On se retrouve donc avec des masses suspendues qui représentent plus de 80 % du poids total du véhicule. On peut donc considérer un centre de gravité global au véhicule sans faire de distinction entre les masses suspendues et les ponts

Sur nos crawlers, les proportions sont inversés. Pour un shafty, qui embarque sur le châssis le moteur et la transmission, les masses suspendues représentent 20 à 30 % du poids total, tandis que pour un MOA, où les moteurs sont sur les ponts, les masses suspendues ne représentent plus que 10 à 15 % du poids total. Il convient donc de prendre l’habitude dans certains cas de considérer non pas un centre de gravité global, mais 3 centres de gravité distincts, un pour le pont avant (CGAv), un pour le pont arrière (CGAr) et un pour les masses suspendues (CGMS). Cette distinction vous sera utile par exemple, dans l’ajustement du lest des ponts.

 

3 centres de gravités

Aller en haut ↑